Pense-bête : Mexique, je t’aime !

todocoleccion.et

Timbre postal. todocoleccion.net

 

Le « jour des morts » est une célébration mexicaine d’origine méso-américaine qui fait honorer les morts le 2 novembre, à partir du 1er novembre, et coïncide avec les célébrations catholiques de la Toussaint et de Tous les Saints. La mort est omniprésente dans le caractère de l’art mexicain avec une riche variété représentative : déesse, protagoniste de contes et légendes, personnage critique de la société et même invitée souriante à notre table.

La diversité culturelle du Mexique se manifeste à profusion dans les festivals, les traditions et les coutumes colorées, dont certaines sont uniques dans le monde. Tel est le cas de la cérémonie du « jour des morts ».

Dans tout le pays, on peut voir des autels lumineux et colorés. La nuit, les panthéons acquièrent un visage encore plus solennel. Ils sont visités par des centaines de personnes qui éclairées par des centaines de bougies élèvent leurs prières à leurs proches.

Des festivals et des manifestations culturelles et artistiques sont organisés. Des concours récompensent le meilleur costume de La Catrina, la plus célèbre «Sa Majesté la mort, née de l’imagination et du sens de l’humour du graveur mexicain José Guadalupe Posada.

 

 

pixabay.com

Grabado de José Guadalupe Posadas. pixabay.com

Origine préhispanique

Les origines de la tradition de la « fête des morts » sont antérieures à l’arrivée des Espagnols qui avaient une conception unitaire de l’âme. Une approche qui empêchait la compréhension de la conception mexicaine où les autochtones attribuaient à chaque individu plusieurs entités psychiques.

Dans la vision pré-hispanique, l’acte de décès était le début d’un voyage à Mictlan, le royaume des morts, aussi appelé Xiomoayan, le mot espagnol traduit comme l’enfer. Ce voyage durait quatre jours. Après avoir atteint sa destination, le voyageur offrait des cadeaux au seigneur de Mictlan : Mictlantecuhtli (Seigneur de la mort) et sa partenaire Mictecacihuatl (Dame des habitants de la mort). Ils l’envoyaient dans l’une des neuf régions, où les morts se trouvaient dans une période d’essai de quatre ans avant de continuer sa vie dans Mictlan et atteindre le dernier étage, qui était le lieu de son repos éternel, appelé « obsidienne des morts ».

La mort autochtone n’a pas la connotation morale de la religion catholique, dans laquelle l’idée de paradis ou enfer signifie punition ou une récompense. Les anciens Mexicains croyaient que le destin de l’âme des morts était déterminé par le type de mort qu’ ils avaient eu et leur comportement dans la vie. Pour citer quelques exemples, les âmes de ceux qui sont morts dans des circonstances liées à l’eau, entreprenaient leur chemin vers Tlalocan ou paradis de Tlaloc. Les personnes tuées au combat, abattues et  femmes détenues pendant l’accouchement allaient à Omeyocan le paradis de soleil, présidé par Huitzilopochtli, dieu de la guerre. Mictlan a été conçu pour ceux qui sont morts d’une mort naturelle. Les enfants morts avaient une place spéciale appelée Chichihuacuauhco. En ce lieu, ils pouvaient boire le lait qui coulait des branches d’un arbre.

 

es.wikipedia.org

L’autel des morts

L’autel des morts est un élément clé dans la célébration de la « journée des morts ». Les familles ont la conviction que l’esprit de leurs morts est de retour dans le monde des vivants pour être avec eux ce jour-là et les consoler.

 

commons.wikimedia

L’autel est placé dans une pièce, sur une table ou une étagère dont les niveaux représentent les strates de l’existence. Les plus courants sont les autels de deux niveaux représentant le ciel et la terre. Toutefois, les autels de trois niveaux ajoutaient la notion de purgatoire. Un autel de sept niveaux symbolisait les étapes nécessaires pour aller au ciel et être en mesure de reposer en paix. Ceci est considéré comme l’excellence de l’autel traditionnel.

Maintenant, l’autel est une combinaison de la culture mexicaine et européenne.

 

images

Les parties d’un autel de mort.

________________________________________

  • Confetti violet (de deuil Christian)
  • Confetti orange (deuil aztèque)
  • Fleurs cempazuchil (le nahuatl: cempoalxochitl = 20 ou plus de pétales de fleurs.
  • Quatre bougies indiquant les quatre points cardinaux
  • encens pour éloigner les mauvais esprits et purifier l’environnement.
  • Cendres en croix pour purifier l’esprit des morts.
  • Pichet de l’eau quand vous êtes fatigués de la route.
  • Conteneur pour les mains et une serviette.
  • Photo du défunt.
  • Les aliments qu’aimaient les morts
  • Tequila, la boisson d’eau ou de mort.
  • Quatre drapeaux coincés dans des confettis orange.
  • Le pain des morts et des fruits.
  • Des crânes de sucre (calaveras)
  • un miroir pour réfléchir.

blog.safariku.ru

 

 

Une réflexion sur “Pense-bête : Mexique, je t’aime !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *